samedi 6 juin 2009

:: 6 juin ::

"Le Free French est un homme qui a mauvais caractère, peut être simplement parce qu'il a du caractère. Aux pires moments, il n'a jamais abdiqué l'honneur d'être Français. Il est même excessivement chatouilleux sur cette question.
Le Free French, avant 1940, était communiste, radical ou royaliste, catholique, protestant, juif ou franc-maçon, industriel ou ouvrier, intellectuel ou paysan, civil ou militaire. Cette collection d'individualités venant de tous les azimuts politiques, religieux ou professionnels, a formé immédiatement un bloc homogène. Il a oublié toutes les divergences pour penser seulement à la France qui "avait perdu une bataille, mais n'avait pas perdu la guerre".


Mon grand-père écrivait ce qui précède en 1944. Dans ses souvenirs de guerre, il note au 6 juin au matin :

"nous apprenons enfin que la grande opération de débarquement est commencée sur les côtes de la Manche. Le plus grand énervement règne parmi nous. Il n'est pas question de travailler. Les nouvelles sont vagues, imprécises, mais pourrait-on s'attendre à un succès foudroyant : les opérations d'Italie prouvent que le déroulement des opérations doit être assez lent.

Je me sens absolument ivre de joie à la pensée que 1944 ne se terminera pas sans que j'ai retrouvé la France et les miens."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Et vous ?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails