samedi 18 avril 2009

:: luxe calme et volupté ::


Tout d'abord voici un aperçu du magnifique paquet que j'ai reçu de Sofie pour le swap "Un brin de laine". J'ai l'étole sur les épaules au moment où j'écris ; elle s'accorde à merveille avec la couleur des murs de ma chambre parisienne... J'ai un peu trainé sur Ravelry , il semble que le Kidsilk spray se transforme en châles aériens sous les doigts de certaines. Je ne sais si je ferai aussi bien.

Ensuite une virée dans Paris avec Mr. J from K et une amie à lui. Pour cause de pluie persistante, pas de balade en velib mais un déjeuner à la Fourmi ailée, dans un cadre sympathique, puis une antre de perdition la FNAC ... et enfin des retrouvailles avec Colette. Pas celui de la rue St Honoré, non, mais l'écrivaine, la scandaleuse, qui avait éclairé mes années d'adolescence avec la série des Claudines. Certaines répliques m'ont sortie de situations où j'aurai, sans elles, manqué d'à propos.

Or donc, j'ai vu Chéri de Stéphen Frears, je ne peux pas dire que Colette en anglais soit à moitié aussi mordant, acerbe et drôle qu'en français. De plus entre Chéri s'écrier "Nounoune" avec un accent anglais rend le tout éminemment ridicule ! mais là n'est pas mon propos. Allez voir le film pour les costumes et les décors et l'ambiance Belle époque qui vous donne des envies de champagne, d'Offenbach, de robes de chez Poiret, de soie, de cachemire, d'un plateau d'huitres fines de claire, de chocolat chez Angelina ...

et de poèmes de Baudelaire, bref une invitation au voyage, dont sort plus légère.

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D'aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l'ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l'âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l'humeur est vagabonde ;
C'est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu'ils viennent du bout du monde.
- Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D'hyacinthe et d'or ;
Le monde s'endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails